1er mai 1995 – Publication de “L’animal dans les pratiques de consommation” de Florence Burgat

Peureux F., 1er mai 1995 – Publication de “L’animal dans les pratiques de consommation” de Florence Burgat, Animal Rights Timeline, 19 septembre 2022, https://animalrightstimeline.com/s137w.

Premier livre de la philosophe Florence Burgat, il vient remplacer celui de l’agronome Henry Rouy paru en 1950 dans la même collection et intitulé “La viande”. Changement de paradigme, Florence Burgat ne nous parle plus seulement de viande, mais bien du sort réservé aux animaux élevés pour la consommation humaine.

Florence Burgat est une philosophe française, directrice de recherche à l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE). Ellle est l’autrice de plusieurs ouvrages fondateurs et incontournables sur la question animale parmi lesquels on peut citer, “Animal mon prochain” (Odile Jacob, 1997), couronné par le prix Biguet de l’Académie française en 1997 [1], “Liberté et inquiétude de la vie animale” (Kimé, 2006) ou encore “L’Humanité carnivore” (Seuil, 2017).

En centrant son travail sur les animaux en eux-mêmes, Florence Burgat cherche à leur redonner une vie, une chair, une histoire, un monde et des relations : tout ce dont la philosophie les a historiquement privés. Articulé autour de l’impensé de la mise à mort et de l’interrogation du rapport essentiellement violent de l’humain à l’animal, son œuvre tente de refonder l’éthique de nos rapports aux animaux par l’ontologie, c’est-à-dire par l’étude des propriétés et du sens de l'”être”.

Après un doctorat de philosophie obtenu en 1994 sur le thème “De l’oubli à la réification : réflexion sur la différence entre l’homme et l’animal” [2][3], elle publie son premier livre, “L’animal dans les pratiques de consommation”, chez les prestigieuses Presses Universitaires de France (PUF) l’année suivante. Ce livre expose, sous l’angle économique, la totalité du processus par lequel l’animal destiné à la boucherie est préparé et transformé à cette fin, il se concentre sur les animaux dits de boucherie, de charcuterie, de basse-cour et le gibier d’élevage en France, la chasse et la pêche n’étant pas abordées.

Si le terme de « boucherie » rappelle bien, par son sens figuré, le “massacre” et le “carnage” évoquant l’effusion du sang, celui de “viande”, au contraire, neutralise la particularité de cette nourriture dans la mesure où ce terme a désigné tout type d’aliment, qu’il soit d’origine animale ou végétale, jusqu’à la fin du XVIIe siècle : elle est ce qui permet de vivre, ainsi que l’indique son étymologie latine vivere.

Florence Burgat, “L’animal dans les pratiques de consommation”, 1995, Introduction.

Dans la collection “Que sais-je ?” des PUF, “L’animal dans les pratiques de consommation” remplace le n° 374, écrit par l’ingénieur agronome Henry Rouy, initialement paru en 1950 et réédité en 1967, alors intitulé “La viande”. Changement de paradigme, Florence Burgat ne limite plus l’étude au seul produit “viande” mais, dès le plan de l’ouvrage, expose la totalité des “moments” du processus par lequel l’animal devient un produit consommable :

  1. L’animal vivant : élevage, transport ;
  2. La mise à mort : boucherie, abattoirs et techniques d’abattage ;
  3. La viande : d’une part l’évolution de la production et de la consommation, d’autre part le déguisement de la présentation d’un produit de plus en plus éloigné de son processus d’engendrement.

Au-delà des chiffres clés et des descriptions factuelles, Florence Burgat dévoile le sort des animaux élevés pour la consommation humaine et les représentations sociales qui affectent l’alimentation carnée. Comment, dès lors, ne plus voir la réalité : nous ne consommons pas de viande, nous consommons des animaux.

Sans que la consommation carnée soit remise en question par l’opinion publique, nul cependant ne souhaite faire la généalogie du morceau de viande qui se trouve dans son assiette, suffisamment abstrait pour que l’on oublie l’animal. Aussi mangeons-nous du bœuf ou du mouton, comme si la viande était un continuum de chair étranger à l’individualité animale. La logique de la série prend ici le pas sur celle du propre. Un éventuel sentiment de culpabilité est ainsi évité dans la dilution des responsabilités : il n’y a ni coupable, ni victime.

Florence Burgat, “L’animal dans les pratiques de consommation”, 1995, Introduction.

Cliquez-ici pour consulter “L’animal dans les pratiques de consommation” au format PDF.


Vous pouvez nous soutenir financièrement grâce à un tip ponctuel ou récurrent sur uTip

Notes et références

Notes et références
1 Académie française, Les prix et fondations, Prix Biguet. Consulté le 19 septembre 2022.
2 Burgat F. Beaune J.-C. & Université Jean Moulin (Lyon). (1994). De l’oubli à la réification : réflexion sur la différence entre l’homme et l’animal (dissertation).
3 En philosophie, la réification est la transformation, la transposition d’une abstraction en objet concret, en chose.
Sur le même thème